CNRS
En Fr

Partenaires


Coordonnées

  • Centre d'Etudes Himalayennes
    UPR 299 - CNRS
  • Campus Condorcet
  • 2, cours des Humanités
  • 93322 Aubervilliers Cedex
  • France
  • Tel : 01 88 12 11 03
  • himalaya[at]cnrs.fr
  •  
  • Venir nous voir
  • Intranet
  •  



Accueil > Publications > Dernières publications

Article by Olivia Aubriot (CESAH) and Romain Valadaud (CESAH associate member), published in ’Études rurales - Terrains, cultures & environnement’ 2023 vol. 211,

entitled "Gestion de l’eau en Asie du sud - Techniques, irrigation, politiques publiques et sociétés"

 
 

- Gérer l’eau dans des pays de mousson
- Vers une gestion individuelle de l’eau
- Des transformations plus ou moins silencieuses de la gestion de l’eau
 
 
Extract

Gérer le trop d’eau pendant la mousson et le manque pendant la saison chaude et sèche est une constante en Asie du Sud, région constituée de l’Inde, du Pakistan, du Bangladesh, du Sri Lanka, du Népal et du Bhoutan. Les impressionnants canaux des pentes himalayennes, ceux des deltas et des plaines rizicoles, les étangs-réservoirs ancestraux du sud de l’Inde, ou encore les célèbres et majestueux stepwell (puits) du Gujarat sont autant d’exemples d’une préoccupation ancienne des paysans et/ou des États à se procurer de l’eau. Des techniques plus modernes comme les barrages et les forages permettent dorénavant de mobiliser des quantités importantes de cette ressource, participant cependant à accroître la pression sur celle-ci. L’augmentation des besoins, dans tous les secteurs, est non seulement liée à la croissance démographique – cette région est dorénavant la plus peuplée du monde (1,8 milliard en 2021) précédant l’Asie de l’Est (1,6 milliard) – mais aussi aux modèles de production et de consommation promus par des politiques publiques favorisant l’extraction productiviste de la ressource. Il en résulte une compétition entre secteurs1 [Birkenholtz 2016 ; Rajesh 2019], ainsi qu’entre utilisateurs d’un même secteur, notamment dans celui de l’agriculture, le plus grand consommateur. En effet, 80 % à 90 % de l’eau déviée de rivières ou pompée dans les nappes y sont utilisés pour l’irrigation (contre 69 % à l’échelle mondiale2 et 10 % en France3). Cette compétition crée des crises environnementales et sociales de plus en plus sévères [Janakarajan et Moench 2006 ; Mukherjee et al. 2018 ; Lele et al. 2021] dans cette région fortement marquée par la hiérarchie issue du système de castes

https://doi.org/10.4000/etudesrurales.30790